Archives

La DME

Hello

Comme vous le savez avec Esmé nous avons vécu l’expérience de la DME.

Beaucoup  de questions m’ont été posé à ce sujet. 

Je vais donc essayer d’y répondre. 

Tout d’abord…..

Comment j’ai découvert la DME ? 

En faisant des recherches pour les troubles de l’alimentation de Yla je suis tombé sur cette méthode que je ne connaissais pas du tout. 

Pour Mina j’ai faits comme beaucoup la diversification conseillée par mon pédiatre c’était mon premier enfant à l’époque j’avais 20 ans j’ai donc suivi à la lettre les conseils donnés par ce professionnel médical. 

A vrai dire c’était parfois très difficile et je ne garde pas un super souvenir de l’alimentation avec Mina. 

En effectuant plusieurs recherches, en demandant conseil dans des blogs et des forums j’ai été conquise et pour moi il n’y avait plus de doute c’est comme cela que je ferais avec Esmé. 

Qu’est-ce que la DME ?

Avec la DME  « La diversification menée par l’enfant » exit l’étape purée-compote on propose directement des aliments solides ,mous, fondants, multiformes au bébé, dès 6 mois. Fini les petits pots, fini les purées, bébé découvre l’aliment sous sa forme la plus simple. 

Cela stimule l’autonomie des petits loups et les aide à découvrir leur corps. 

Cette méthode est plus connu dans les pays anglo-saxons (Angleterre, Canada, États unis)  cela commence doucement à arriver en Europe. 

Quels sont les avantages de la DME pour l’enfant ?

En cherchant à attraper par lui-même sa nourriture, le bébé développe sa motricité fine. La coordination œil-main-bouche se met en place plus vite. Cela permet d’éveiller bébé aux couleurs, aux goûts et aux textures. Il régule par lui même son appétit en mangeant à sa faim et maîtrise assez vite la mastication et la déglutition.

Avec la DME il ne faut pas viser la quantité mais la qualité. Au départ bébé jouera énormément avec les aliments il les mettra à la bouche et les recrachera alors il ne faut pas avoir peur du nettoyage et parfois il faut prévoir le scaphandrier pour l’heure du repas. 

En proposant des morceaux solides, y a-t-il des risques d’étouffement ?

Selon les différentes enquêtes menées la DME ne cause pas davantage de risques d’étouffement. En effet, elle fait intervenir le GAG réflexe : un réflexe naturel qui vise à renvoyer vers l’entrée de la bouche tout aliment trop volumineux qui aurait pénétré trop profondément dans celle-ci. Ceux-ci sont alors mastiqués à nouveau puis déglutis par le bébé ou recraché comme avec Esmé. 

Au fur et à mesure que bébé grandit, ce réflexe se décale au fond de la bouche et l’aide à développer naturellement la mastication et la déglutition. Au fil du temps, bébé  apprend à mâcher avec ses gencives et à écraser ses aliments contre son palais sans difficulté.

Il faut tous de même s’être vigilant et surveiller bébé au moment du repas, il ne faut pas le guider par nos gestes mais par la parole. 

Comment doit être installé bébé pour manger ?

L’idéal est dans une chaise haute sans maintien au niveau des épaules seulement au bassin il faut que le bébé puisse faire le balancier avec le buste s’il veut recracher un morceau trop gros et gênant. 

Il faut aussi qu’il y est un repose pieds pour qu’il soit le plus à l’aise possible. Et qu’il tienne assis quasiment seul. 

Sous quelles formes introduire les morceaux solides ?

Les bâtonnets de légumes sont la meilleure des formes, il faut que bebe puisse attraper l’aliment dans la main. 

Les aliments sont souvent cuits à la vapeur au départ et je laisse aussi très souvent la peau de l’aliment afin d’avoir tous les nutriments mais aussi pour que cela soit plus simple à attraper pour Esmé. 

Par quel aliment commencé ?

Nous avons commencé au départ avec de la banane pour voir comment elle réagirait puis nous avons introduit les courgettes les carottes, l’avocat ,l’orange etc.

Cela au rythme de l’enfant, il ne faut pas vouloir aller trop vite. 

Au départ j’ai proposé le même aliment pendant quelques jours pour qu’elle puisse s’habituer. 

Il n’y a pas forcément d’ordre d’introduction d’aliments à respecter le plus important est que lorsque vous introduisez des aliments allergènes (amandes,arachide, kiwi, fraise, …) Il faut l’introduire durant trois jours minimums à fin de repérer les éventuelles réactions allergènes.

Mais si mon bébé ne mange pas assez ?

Chaque enfant mange en fonction de ses besoins et c’est ce que l’on recherche avec la DME ne pas forcer l’enfant comme nous pourrions le faire en introduisant un cuillère de purée dans sa bouche. 

C’est important que bébé continu à boire  encore du lait durant les premiers mois afin de compléter cette alimentation.

Pour nous Esmée était encore allaitée donc aucune difficulté à ce niveau-là. 

Attention je ne suis pas là professionnel de la DME je vous partage vraiment ce que j’ai pu apprendre avant la mise en place de cette méthode avec Esmé et ce que j’ai retenu au fil de l’expérience. 

Mon ressenti.

Cette méthode a été une révélation et quel plaisir à l’heure du repas de là voire mangé avec envie.

Fini les prises de tête de savoir ce que bébé va manger ,elle mange comme nous elle goûte à tous et cela est merveilleux.

Ce fut une sacrée aventure mais je ne regrette vraiment pas au contraire j’ai trouvé cela extraordinaire 

Et j’espère pouvoir réitérer cette belle aventure avec ma future baby girl. 

J’espère avoir répondu à vos questions n’hésitez pas à me poser des questions si vous avez encore des interrogations je me ferais un plaisir de vous y répondre.

N’hésitez pas non plus à partager vos expériences en commentaire. 

Ma deuxième grossesse

J’ai été maman pour la première fois à tous juste 21 ans et cinq ans après la venue de ma première princesse nommée MINA le choix d’un deuxième bébé sonnait comme une évidence . Je m’en souviens très bien j’ai appris ma grossesse au tous début en Janvier 2015, j’étais tellement contente de vivre à nouveau cette belle aventure de la maternité un peu stressée quand même mais très impatiente.

Alors que cette grossesse se passée merveilleusement bien il fallait penser a déménager car notre cocon était  devenu petit pour accueillir ce petit trésor. Par chance nous avons trouvé rapidement une maison (surtout avec l’aide de tata Sylvie) elle était parfaite malgré les travaux qu’il fallait faire à l’intérieur pour la mettre à notre goût, nous étions très impatient de déménager. Entre les cartons et les travaux que papa faisait à la nouvelle maison ce petit trésor grandissait au creux de moi pour mon plus grand bonheur et celui de mina . J’avais beaucoup plus de temps pour m’occuper d’elle, mon métier d’aide-soignante étant trop physique j’étais en arrêt pour vivre cette grossesse sereinement et en toute sécurité

Lors de la visite du 6 eme mois chez le gygy j’ai fais un petit malaise rien de bien méchant surement dut à la fatigue.

Suite à cela, la fin de grossesse fut rythmée par les monitorings et les échographies de contrôle pour surveiller ce petit trésor. Mais tout allé bien, c’était les médecins qui le disaient alors ……..

Puis le mois de septembre arriva à grand pas et je ne savais pas que se serait le début de ma nouvelle vie, de notre nouvelle vie. Je ne me doutais pas un instant que tu allais bouleverser notre vie à jamais……………….

L’épilepsie mon ennemie

Il y a un an jour pour jour nous découvrions qu’une belle cochonnerie été entrain de prendre le contrôle sur moi.

L’EPILEPSIE

Apres de nombreux vomissements je n’etais plus moi, mon teins était blanc très blanc et je ne réagissait à plus rien.

Rien ne pouvait me sortir de cet état, c’était très impressionnant et très effrayant.

Apres un passage aux urgences et un petit EEG ( électroencéphalogramme) le diagnostic tombe, je suis épileptique!!!

Maman s’y attendait tellement car l’épilepsie fait partie des caractéristiques de mon syndrome mais elle avait tellement souhaité que cela ne m’arrive pas, pas encore ça, pas cette cochonnerie.

Cela fait un an mainetant et je ne suis toujours pas stabilisé.

En un an j’ai eu quatre mois de répit quatre mois de vie…. ou le traitement fonctionné et où ce parasite été contrôlé.

Le reste de l’année j’ai enchaîné les grosses crises, les essaies de dosages de traitement ou je pouvait passer des journées entières à dormir oui oui entière sans même ouvrir les yeux c’est d’ailleurs comme cela que j’ai passé les fêtes de Noël cette année.

Ou alors je suis raplapla comme dirait maman et ce n’est pas cette petite fille souriante de d’habitude.

Qu’elle tristesse.

qu’elle  impuissance…. tellement difficile de voire son enfant rongé par cette épilepsie sans que l’on ne puisse reprendre le contrôle, comme si une bête féroce était entrain de me grignoter lentement et que papa et maman  étaient là spectateurs sans même pouvoir me tendre la main.

Aujourd’gui je suis à mon troisième traitement de la Depakine trois fois par jours. J’ai l’impression que pour l’instant ce n’est pas trop mal même si dans la journée j’ai encore des petits sursauts et que parfois ce traitement me dérègle mon rythme alors je passe des nuits entières à être éveillé et je dors là journée . J’espere tellement que cette année les choses soient plus simple et que cette saleté d’epilepsie me laisse continuer mes progrès et arrête de me causer du tort.

N’hesitez pas si vous avez des questions ? Maman se fera un plaisir de vous répondre en commentaire.

A bientôt les amis pour de nouvelles aventures

 

Bonjour tout le monde !

Bienvenue à tous, je vous invite à parcourir mon monde pour vivre avec moi de folles aventures rythmées de difficultés mais de super moments de partage et d’amour.

Le monde du handicap est un  autre monde, je vous invite donc à le découvrir avec moi.

Bonne visite les amis